L’énergie hydraulique, le secteur le plus développé

Qu’est-ce que l’hydroélectricité ?

L’hydroélectricité représente actuellement 28,4 % de la capacité de production d’énergie renouvelable totale d’énergie renouvelable, avec environ 120 centrales d’une puissance installée de plus de 6 000 MW (Centre National de l’Energie, 2015) (1). L’énergie hydroélectrique exerce un rôle stratégique dans la matrice électrique chilienne, en particulier dans le stockage de l’énergie. Cependant, les acteurs et spécialistes du secteur s’accordent sur la nécessité d’encourager la réalisation de nouveaux projets, car il n’y a que trois centrales de plus de 100 MW en construction et une quinzaine seulement en fonctionnement.

Quelques exemples de projets ci-dessous :

Projet hydroélectrique Los Lagos

Statkraft Chile, leader européen avec plus de 120 ans d’expérience dans le secteur, construit la centrale hydraulique Los Lagos. Il s’agit d’un projet de grande envergure : barrage de 35 mètres de haut / réservoir de 192 hectares / investissement de $204 millions. Cette centrale hydraulique qui devrait entrer en fonction en 2022, produira plus de 50 MW. Le projet, approuvé par la Direction exécutive du Service d’évaluation environnementale, prévoit d’installer la centrale dans la région de Los Ríos dans le sud du pays.

Projet Valhalla

Une autre initiative liée à cette énergie est la technologie du pompage hydraulique (activité qui consiste à utiliser une pompe pour déplacer un fluide), qui en fonction de ses coûts et de ses caractéristiques, pourrait être une technologie à incorporer dans l’avenir. EBP Chile, (antenne d’EBP, entreprise suisse d’ingénierie, conseil et planification, en particulier dans le domaine du développement durable), souligne également le rôle que le pompage hydraulique jouera à l’avenir, en affirmant que les stations de pompage “sont encore la technologie la plus mature et la manière la plus économique de stocker l’énergie”.

En effet, le projet Valhalla a son importance dans la région de Tarapacá. Cette initiative implique la construction d’une centrale hydraulique de pompage de 300 MW, qui serait alimentée par une centrale photovoltaïque de 600 MW, pour remonter l’eau de mer (et non de l’eau douce, ce qui est la spécificité du projet) pendant la journée vers un réservoir situé sur un plateau voisin.

Cependant, bien que ce projet soit révolutionnaire, il n’a pas eu le succès espéré. Les difficultés à trouver de nouveaux capitaux ont plongé le projet dans une impasse, rendant la concrétisation du projet compliqué. Ces difficultés sont en grande partie dues à cause du mauvais rendement énergétique de ce projet, qui a pour conséquence la frilosité de nouveaux investisseurs à injecter plus de fonds dans un projet qui n’a pas l’air sûr. Ce projet serait trop « ambitieux », selon les mots des créateurs Juan Andrés Camus Valdés, Francisco Torrealba et Daniel Noguera, « la technologie n’existerait pas ». (2)

Ce projet montre aussi bien le potentiel et les limites de projets énergétiques très ambitieux, mais aussi les défis que peut relever ce secteur. Encore trop de projets n’arrivent pas à voir le jour par faute de financement.

Sources :

  1. https://www.aprendeconenergia.cl/energia-hidroelectrica/
  2. https://m.elmostrador.cl/mercados/2018/07/25/valhalla-la-promesa-incumplida-del-paraiso-energetico-por-falta-de-capital/