Le secteur du tourisme au Chili

Une destination touristique de choix

Avec sa géographie et ses paysages hors du commun, le Chili est devenu une destination touristique de choix ces dernières années. Les liaisons et l’offre aérienne en provenance de différents points du globe ont considérablement augmenté, le Chili se trouve ainsi aujourd’hui devant une occasion unique.

Les principales destinations touristiques se trouvent dans les zones extrêmes du pays, dans des lieux de paysages naturels. Dans l’extrême nord, on trouve le désert d’Atacama, le lac Chungará et le volcan Parinacota qui s’élève à plus de 4 500 mètres d’altitude. On y trouve aussi les lagunes altiplaniques, et le champ de geyser El Tatio, le plus grand de l’hémisphère sud et le troisième au monde. A l’opposé du pays, à l’extrême sud, on trouve le Parc National Vicente Pérez Rosales (le parc le plus visité en 2011), l’archipel de Chiloé, la Patagonie et son célébrissime Parc National Torres del Paine. Si les principales activités touristiques se trouvent à l’extrême nord et à l’extrême sud du pays, les régions centrales comme la région Métropolitaine avec Santiago, Valparaíso, Viña del Mar ou la région des lacs avec sa ville balnéaire Pucón restent des destinations touristiques incontournables. Il ne faut pas oublier la chaîne de montagne de la Cordillère des Andes, réputée pour ses randonnés mais aussi ses stations de ski, notamment Valle Nevado, qui possède le plus grand domaine skiable d’Amérique du Sud. Enfin, l’île de Pâques, avec ses 900 statues nommées Moai, reste la première destination touristique du pays.

Tourisme au Chili
Tourisme au Chili

Un secteur qui se développe rapidement

Sur l’année 2017, le Chili a enregistré 6 450 000 entrées de touristes, ce qui représente une augmentation de 13.3 % par rapport à 2016, et le nombre de touristes étrangers a plus que doublé entre 2007 et 2017. Ce secteur est devenu l’une des principales activités économiques : en 2017, il représentait 3.4 % du PIB direct, et 10.4 % du PIB indirect (chiffres du Sous-Secrétariat du Tourisme) (1). De plus, le tourisme avait un apport à l’emploi très dynamique :  il générait 3.4 % d’emplois directs et 10.2 % indirects. Preuve de ce dynamisme, le secteur de l’emploi en général au Chili a connu une augmentation de 6 % entre 2013 et 2017, alors que le secteur du tourisme a connu une croissance à l’emploi direct de 18 %, passant de 293 000 à 346 000 emplois directs pour cette même période.

Cependant, ce secteur reste trop dépendant des arrivées de touristes argentins, représentant 51 % en 2017. En effet, une baisse de 25 % de l’arrivée des Argentins a provoqué une baisse de 11 % des entrées totales des touristes en 2018, partiellement compensée par l’augmentation de l’arrivée de visiteurs en provenance d’autres destinations.

Ainsi, un des défis du secteur du tourisme est de mieux réussir à capter les touristes des pays industrialisés, comme les Etats-Unis, le Canada ou encore l’Europe. Une stratégie de promotion internationale doit être mise en place, avec une forte collaboration des secteurs publics et privés.

Tourisme au Chili
Tourisme au Chili

Les principaux avantages à investir dans ce secteur :

  • Le développement de lignes aériennes intérieures à bas coût, favorisant la mobilité interne. Cela favorise en premier lieu le tourisme interne, mais aussi le tourisme international, qui peut voyager dans tout le pays avec un faible budget.
  • La proximité avec les autres pays d’Amériques latines, qui encourage les Sud-Américains à venir visiter le pays.
  • Le tourisme à longue distance, comme l’Europe, les États-Unis et l’Asie, est facilité par l’Alliance du Pacifique, grâce au nombre sans cesse croissant de liaisons et à la capacité des avions à effectuer des vols de plus en plus longs, en mesure de relier sans escale ces continents et l’Amérique latine.

Les défis à relever :

  • Améliorer l’offre hôtelière et l’offre de voyages personnalisés et sur mesure organisés par les agences de voyages pour unifier l’image de qualité du Chili, surtout à l’étranger.
  • Améliorer les infrastructures et la connectivité avec les pays voisins, pour favoriser l’émergence des compagnies aériennes à bas prix, pour encore réduire le prix des billets.
  • Le secteur du tourisme doit se numériser pour gagner en compétitivité. C’est le sens du progamme « Connecta Turismo », lancé en 2018 par le Sous-Secrétariat du Tourisme et le Sernatur (Servicio Nacional del Turismo), pour soutenir la numérisation des PME touristiques. Cela les aiderait à plus se faire connaître et à renforcer leurs offres auprès des touristes internationaux. (2)
  • Les investissements dans le secteur du tourisme sont encore trop aléatoires. En effet, le premier semestre de 2019 a enregistré un faible investissement dans les projets touristiques (d’une valeur supérieure ou égale à 3 millions de dollars) : 1 203 millions de dollars dans l’ensemble du pays ont été atteint, ce qui représente une baisse de 17.8 % par rapport à 2018 (source : Cámara Nacional Comercio, Servicios y Turismo) (3).

Pour plus d’informations, voir nos études sectorielles :

Sources :

  1. https://www.camara.cl/pdf.aspx?prmID=155501&prmTIPO=DOCUMENTOCOMISION
  2. https://www.biobiochile.cl/noticias/economia/actualidad-economica/2019/06/11/gobierno-delinea-desafios-para-digitalizar-al-sector-turismo.shtml
  3. https://www.cnc.cl/inversiones-para-proyectos-de-turismo-registra-un-debil-primer-semestre/